On est heureux Nationale 10

On est heureux Nationale 10

Chartres-Bonneval

Après Chartres, la Nationale 10 retrouve une belle allée de platanes, vestige de l’ancienne route royale.
Le tracé définitif de la route entre Chartres et Tours est établi au cours du XVIIIe siècle. Louis XIV puis Louis XV surtout cherchent à optimiser les liaisons routières entre les grandes villes du royaume. C’est ainsi que différents chemins plus ou moins tortueux de Beauce et du Vendômois laissent place à une grande route bordée d’arbres et tracée « au cordeau ». Les cartes de Cassini témoignent de la mise en place de la nouvelle route royale, celle-ci jouxtant parfois l’antique « chemin de Châteaudun ». Le nouveau tracé est mis en poste au cours du XVIIIe et supplantera définitivement l’ancien parcours via Orléans et les bords de Loire au début du XIXe siècle.

Thivars, Vitray, Bois de Feugères (km110-km 111)

La Nationale 10 entre à Thivars en célébrant son centième kilomètre. Ce village situé au creux de la vallée de l’Eure doit son essor, au cours du XVIIIe siècle, à la présence de la nouvelle route. De très nombreux commerces s’y sont développés, dynamisés plus tard par une ligne de tramway à vapeur reliant Chartres à Bonneval en empruntant la route nationale !

Thi01Le restaurant "Routiers et Touristes" dans les années 1930. M. Chailloux pose devant son établissement qui offre plusieurs services comme le garage ou l'hébergement en hôtel aux "prix modérés".  Collection L. Carré

Thi04La Nationale 10 à Thivars dans les années 1950.  Collection L. Carré

Thi02Malheureusement disparue en 2009 à la suite du ravalement de la maison, cette publicité des années 1930 se situait à l'entrée nord de Thivars.  Collection L. Carré

Au sud de Thivars, l’imposant relais routier Beauceron offre dès les années 1960 pas moins de 30 chambres pour y accueillir les chauffeurs dans les meilleures conditions. Toujours ouvert et situé juste à la sortie de l'autoroute A11, c'est une étape toujours très fréquentée, par les chauffeurs routiers surtout.

Puis la Nationale 10 poursuit sa traversée de la Beauce. Elle franchit sans encombre les hameaux du Temple, de la Bourdinière, le bourg de Vitray-en-Beauce puis le Bois de Feugères. Quelques publicités peintes, petits garages, anciennes stations-services abandonnées ou restaurants routiers délaissés témoignent de l’âge d’or de la Nationale 10 des années 1950 aux années 1970. La plupart de ces commerces ne se sont jamais remis de l’ouverture de l’autoroute A 10 entre Tours et Paris en 1973 et de la chute considérable du trafic.

A Vitray-en-Beauce, une borne "N 10" des années 1960 en matière synthétique rappelle qu'entre Chartres et Château-Renault (Indre-et-Loire), la Nationale 10 n'a pas été déclassée.

Les travaux nécessaires à l’élargissement de la route étaient fréquents entre Chartres et Châteaudun. A la fin des années 1970, la famille de Jean-Marie se rendait régulièrement près de Chartres et devait donc composer avec une chaussée souvent en réparation. Le plus jeune enfant, Jean-Marie, fut marqué par ce jour où la 404 paternelle a violement heurté, mais sans gravité, un bourrelet de bitume laissé par les services de l’équipement entre deux tronçons en travaux. Le lendemain à l’école, il ne put s’empêcher de dessiner la 404 blanche s’envolant littéralement au dessus de la route !

Bonneval (km 122)

Cette petite ville est surnommée la « Venise de la Beauce » en raison des fossés creusés à partir du cours du Loir qui encerclent l’ancienne enceinte médiévale. On peut encore y admirer d’intéressants pans de murs, vestiges des XIIIe et XIVe siècles. L’église Notre-Dame (fin XIIe, début XIIIe) est apparentée à la cathédrale de Chartres distante d’une trentaine de kilomètres. Jusqu'à la fin des années 1950, la Nationale 10 traversait non sans mal le centre de la ville du nord au sud, enjambant le Loir pour la première fois.

Bonn01Ancienne Nationale 10 au nord de Bonneval. Un passage à niveau situé autrefois à l’arrière plan fut le théâtre du premier accident mortel de la course Paris-Madrid. Le britannique Porter perdit le contrôle de sa Wolseley tuant sur le coup son mécanicien Nixon. La voiture aurait pris feu après avoir violemment heurté le mur de la maison du garde-barrière. Collection L. Carré

Bonn03La Nationale 10 franchit le Loir dans le centre de Bonneval, ce sera de nouveau la cas à Châteaudun, Cloyes et Vendôme. Collection L. Carré

Bonn02La rue de Chartres débouche sur la place du Marché, elle-même toute proche de l’église Notre-Dame. Une Peugeot 402 stationne devant l'hotel de France doté de ses 20 chambres, la principale adresse pour les voyageurs souhaitant faire étape à Bonneval. Collection L. Carré

Bonn06Le même lieu dans les années 1960. Déviée depuis quelques années, l'ancienne N10 ne traverse plus le centre de la ville au grand soulagement des riverains. Collection L. Carré

Bonn07Le nouveau pont sur le Loir en construction vers 1955 lors de l'améagement de la déviation. Collection L. Carré

Bonn08Construite sur la déviation à la fin des années 1950, la grande station du Bel-Air distribuait les carburants Antar. Tenue par Henri Alard, elle était ouverte 24 heures sur 24, une sonnette était à la disposition des clients la nuit. Elle est aujourd’hui reconvertie en magasin de meubles. Collection L. Carré

L’ancien tracé retrouve la déviation au niveau de Bois-Guibert où l’Hostellerie éponyme perpétue le bien manger depuis de longues décennies dans un cadre agréablement arboré.

Cliquez sur la borne pour continuer votre balade:

page-suivante.jpg

Retour à l'accueil:

accueil-1.jpg