03/2018: Le Muret

Premier village des Landes, Le Muret dépend de la commune de Saugnacq-et-Muret et ne comporte que quelques habitations groupées le long de la voie principale, l’ancienne route des Grandes Landes devenue Nationale 132, reclassée Nationale 10 en 1950.

CarteSource image: IGN

À l’entrée nord du bourg, au centre d’un bel airial (un terrain arboré couvert d’une pelouse), la chapelle Saint-Roch du XIIe siècle permettait aux pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle de prendre un peu de repos. La fontaine Saint-Eutrope située quelques mètres plus loin a la faculté, dit-on, de guérir les infections et autres maladies de peau. Jusqu’à la fin des années 1930, l’airial servait aussi d’étape aux caravanes d’âniers descendues des Pyrénées. Au printemps, ces dizaines d’ânes remontaient la route jusqu’à Paris pour y vendre, entre autres, des poteries espagnoles.

 

Muret1Les postes à essence du Muret dans les années 1930.

La bifurcation avec la D20 qui mène vers Mont-de-Marsan permet au hameau de se développer avec l’implantation de quelques commerces.

Muret5La bifurcation entre la Nationale 10 et la D20 (à gauche) dans les années 1950 et Le Grand Gousier.  Collection L. Carré.

Au début du XXe siècle, deux auberges installées de part et d’autre de la route se partagent la clientèle de passage. Celle de la famille Lafargue était située à l’entrée du hameau. Dans les années 1950 l’affaire prospère et les descendants agrandissent le bâtiment qui devient Le Caravanier, référence à la route des vacanciers mais aussi au camping qui complète l’offre faite aux passagers de la Nationale 10. Doté même d’une petite épicerie, Le Caravanier accueille une clientèle variée dont quelques personnalités comme …. un président de la République qui se rendait très souvent dans les Landes parfois "avec une dame dont je tairiai le nom" selon une riveraine. Les époux Lafargue cèdent l’établissent en gérance dans les années 1990 et les lieux ferment définitivement au début des années 2000.

L’auberge de la famille Lefort, située à la bifurcation N10/D20, devient l’hôtel-restaurant Le Grand Gousier. Offrant 14 chambres « simples mais confortables » selon le Guide Rouge, l’établissement connaît de spectaculaires transformations en 1968 avec la construction d’une nouvelle aile et d’une grande piscine doublant ainsi sa capacité d’accueil. Malgré l’ouverture de la déviation du Muret en 1971, Le Grand Gousier est toujours en activité.

Le hameau vit aujourd'hui au ralenti depuis que la Nationale 10 l'a quitté depuis bientôt 50. N'hésitez pas à vous y arrêter, vous ourrez même faire quelques découvertes.

MuretEntrée nord du hameau, les platanes sont toujours là ! Octobre 2014, Collection L. Carré.

Muret6 1La chapelle Saint-Roch, témoin du passage des pélerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Octobre 2014, L. Carré.

Muret3Le dépôt désaffecté des autocars "Les Pullman Landais". Octobre 2014, collection L. Carré.

Muret2Un témoignage de la consommation des Trente Glorieuses qui disparait. Octobre 2014, collection L. Carré.

 

Retour à l'accueil

Accueil nv