On est heureux Nationale 10

On est heureux Nationale 10

Mes Citroën sur la Nationale 10

Collectionneur de Citroën anciennes, cela fait près de vingt ans que je parcours les routes de France et d'Europe à leurs volants. Mes fréquents passages sur la Nationale 10 de Paris à Urrugne m'ont donné l'occasion de faire des clichés mettant en scène mes autos sur des tronçons déclassés, dans des villages ou devant d'anciennes publicités.

2 CV AZLP, mars 1959, gris acier (AC 132)

J'ai acquis cette 2 CV en 2000 en première main, la voiture fut achetée neuve par un agent de la RATP domicilié à Asnières (Hauts de Seine). Ce monsieur prit sa retraire près de Vendôme, elle a, au cours de son histoire, parcouru la Nationale 10 bien des fois. Au décès du propriétaire, son voisin remet en route la 2 CV avant de me la vendre. Je l'ai ramenée jusque dans le sud de la Touraine en empruntant la Nationale 10 bien évidemment !

En mars 1959, la 2 CV est encore équipée de roues en 400, du système de chauffage initial commandé par ... les pieds du conducteur. Le pare-soleil, unique, est toujours en carton ! 

En 2005, j'ai participé à la première étape ( Paris - Cosnes sur Loire ) du rallye "Vacances 1965" organisé par Thierry Dubois. J'ai donc suivi la Nationale 10 jusqu'à Paris avec cette 2 CV, un retour aux sources en quelque sorte...

Azlp03En route vers Paris, la 2 CV pose sur un tronçon délaissé à l'entrée de Cloyes-sur-le-Loir ( km 150, Eure-et-Loir ) depuis l'ouverture de la déviation en septembre 1989Juillet 2005.

 

Azlp04Dans le centre de Cloyes ( km 152 ), devant un garage, toujours en activité, juste avant de franchir le pont sur le Loir. Cet établissement fut très longtemps une agence Citroën, le "Garage du Val de Loir". 
Les amateurs peuvent distinguer l'arrondi du "C" de Citroën à gauche du cartouche contenant le mot garage. Vous pouvez trouver des clichés du garage dans les années 1930 sur l'excellent site du Dr Danche
Juillet 2005.

 

Azlp02Autre garage remarquable, route de Chartres à la sortie nord de Châteaudun ( km 141 ). Ce tracé de la Nationale 10 fut en vigueur jusqu'en 1969, date à laquelle elle fut déviée plus à l'est du centre par les actuels boulevards Toutain et Grindelle. Le Grand Garage Dunois était tenu, dès les années 1920, par deux associés, messieurs Lemasson et Clouet, agents Peugeot et Berliet. Devenu une agence exclusivement Peugeot, le garage Lemasson a occupé ces locaux à la belle façade art nouveau jusqu'à la fin des années 1970. Juillet 2005.

 

Azlp01A la sortie est de Chartres ( km 90 ) devant l'une des célèbres bornes de la "Route de la Liberté" commémorant le trajet suivi par la Troisième Armée américaine du général Patton lors de la Libération du pays de juin à septembre 1944. Les deux flèches de la cathédrale de Chartres sont visibles en arrière plan. La borne arborait encore le cartouche "N 10", c'était avant son déclassement en "D 910" fin 2006. Juillet 2005.


Azlp05Sur l'avenue de Paris à Versailles ( km 20 ) avec le palais de Versailles comme arrière plan. Cette très majuesteuse voie royale est classée Route Nationale 10 pour la première fois en 1830, sous la Monarchie de Juillet. Juillet 2005.

 

Azlp07En balade dans la Vienne, à la sortie sud des Minières ( km 360 ). Ce virage fut le lieu de l'accident mortel de Marcel Renault, frère aîné de Louis, le 24 mai 1903 lors de la terrible course automobile "Paris-Madrid". Un monument a été dressé sur les lieux mêmes de l'accident. Mai 2009.

 

Azlp06Toujours dans la Vienne, quelques kilomètres plus au nord, l'ancienne route traversant le hameau de Virolet ( km 345 ), commune de Ligugé. La Nationale 10 était coupée par une ligne de chemin de fer jusqu'à la construction d'un pont enjambant la voie ferrée à la fin des années 1950. Ce dernier fut démoli au milieu des années 1994 lorsque le hameau fut enfin dévié. Mai 2009.

Ami 6, septembre 1963, bleu Thasos (AC 631)

C'est ma première ancienne, achetée une bouchée de pain en 1992. Elle appartenait à une famille de la banlieue de Tours qui s'en servait comme seconde voiture. Restaurée avec mes maigres moyens d'étudiant entre 1993 et 1994 elle fut repeinte par erreur en bleu Thasos au lieu du bleu Arizona d'origine (AC 613). Si seulement internet avait existé alors...
Produite le 25 septembre 1963, elle est l'une des premières Ami 6 à bénéficier du nouveau moteur de 25,5 chevaux mais elle est encore équipée du pédalier type 2 CV non suspendu.  
L'Ami 6 a parcouru depuis près de 45 000 kilomètres dont plus de 3500 lors de l'été 2009 pour se rendre en République Tchèque puis en Pologne à l'occasion de la Rencontre Mondiale des Amis de la 2 CV.

 

Ami11L'Ami 6, fraîchement restaurée, prend la pause sous la visière de la station du Relais Charles-Martel au sud de Sainte-Maure ( km 265, Indre-et-Loire) à l'abandon depuis le début des années 1990. Le restaurant routier situé juste à côté utilisait l'ancien totem pour y faire figurer le nom de son établissement, fermé depuis longtemps aujourd'hui. Novembre 1995.
 

Les clichés ci-dessous ont tous été pris en juillet 2010 lors d'un de mes voyages entre la Touraine et Bordeaux.

Ami10Au petit matin devant une autre ancienne station, probablement des années 1930, à l'entrée nord de Jaunay-Clan ( Vienne, km 320 ).

 

Pbctotal1 1Sortie sud de Couhé ( km 370, Vienne ) qui comportait pas moins de huit stations-service dont deux Total comme l'affirme encore cette publicité peinte.

 

Ami06A l'entrée nord du hameau "Chez Fouché" ( km 374 ), commune de Brux (Vienne). La Nationale 10 ne fut déviée qu'en 1999 redonnant au paisible village un calme qu'il n'avait pas connu depuis de longues décennies.

 

Ami09Ancien tracé, à l'entrée nord de Chaunay ( km 379, Vienne ). La route débouchait à la place de la haie, passait juste devant ce calvaire inauguré en 1914 avant de traverser le bourg. Chaunay fut dévié fin 1978.

 

Ami08Très belle perspective sur un tronçon abandonné au nord du hameau des Maisons-Blanches ( km 387 ), commune de Limalonges ( Deux-Sèvres ). Ici, la route a conservé son aspect des années 1960 avec ses platanes et sa médiocre largeur. Carrefour majeur entre la RN 10 et la RN 148 qui reliait  l'île de Noirmoutier (dont le fameux passage du Gois) à Etagnac (près de Limoges), les Maisons-Blanches ne furent déviées qu'à l'été 1992.

 

Ami04Quelques kilomètres plus loin, sortie sud de Ruffec ( km 401, Charente ) devant un garage spécialisé dans les pneumatiques.

 

Ami07Quartier Sainte Ausonne, sortie sud d'Angoulême ( km 445 ,Charente) au pied d'une publicité peinte encore bien vive pour le célèbre apéritif Suze.

 

Ami05Tronçon abandonné au sud de Barbezieux (Charente) au lieu dit du Bois-Vert ( km 487, commune de Touvérac). La route fut déviée quelques dizaines de mètres plus à l'ouest au début des années 80 en raison de la dangerosité de la courbe, responsable de nombreux accidents. Les quelques maisons situées juste après le virage sont aujourd'hui à l'abandon; l'ancien virage sert désormais d'aire de repos.

 

Ami02Très belle ligne droite entre le hameau de Pierrebrune km 516, commune Laruscade, Gironde ) et Cavignac ( km 522 ). Cette partie de la Nationale 10 fut déclassé en 2004, à l'ouverture de la voie expresse construite plus à l'ouest. Elle est aujourd'hui très agréable à parcourir en voiture ancienne.

 

Ami03Encore en place malgré le déclassement de ce tronçon en 1995, cette borne à l'entrée nord du hameau de Bois de Lion ( km 528 ) commune de Peujard ( Gironde ) est l'une des rares survivantes de la Nationale 10 historique.

 

Ami01Petite station à l'abandon située juste en face de l'une des institutions de la Nationale 10, le café-restaurant- hôtel "Chez Anatole" à Saint-Vincent-de-Paul ( km 540, Gironde ). D'ici, s'offre un vaste panorama sur le pont Eiffel qui enjambe la Dordogne à Cubzac-les-Ponts.

 

Ami12Centre de Beliet ( km 601, Gironde ), bourg qui fusionne avec la petite ville de Belin en 1974 pour former la commune de Belin-Beliet. La traversée de la ville était particulièrement pénible lors des grandes migrations estivales jusqu'à l'ouverture de l'A 63 en juin 1981. Septembre 2011.

Dyane, octobre 1967, rouge corsaire (AC 403)

Dyane confort du 24 octobre 1967, rouge corsaire, achetée en 2002 en première main. Cette Dyane, l'une des toutes premières, fut véhicule de démonstration du garage Citroën de Fondettes près de Tours d'octobre 1967 à janvier 1968. Elle fut vendue à un couple qui l'a gardée jusqu'en 2002.
Equipée du petit moteur de 425 cm3, ses performances limitées ont provoqué lors de son lancement tant de critiques que Citroën fut contraint d'installer le moteur de l'Ami 6 très rapidement sous le capot des Dyane, créant ainsi la fameuse Dyane 6 (appelée initialement D6).

Dyane01Elle est ici photographiée à la sortie sud de Port de Piles ( km 277, Vienne ) juste après ce passage à niveaux qui coupait la Nationale 10 jusqu'en 1956, année où la déviation fut mise en service. Il est aujourd'hui difficile d'imaginer que tout le trafic routier Paris-Espagne via Bordeaux passait dans ce village à la rue principale bien étroite. Ce passage à niveau fut aussi le théâtre de l'accident grave d'un motocycliste lors de la course Paris-Madrid le 24 mai 1903.  Février 2006.

Dyane02Toujours à Port-de-Piles, devant un palimpseste composé de deux publicités peintes pour les huiles Renault et le glacis express Ripolin, "sec en 5 heures" !  Février 2006.

 

Dyane03Dans le centre du bourg d'Ingrandes (km 290, Vienne) devant un sympathique petit garage construit sommairement mais en respectant les codes de l'architecture propre aux garages automobiles. Mars 2008.

Ami 6 break Club, février 1968, blanc Carrare (AC 144)

Cette voiture fut trouvée par hasard en 2007 en voyant une annonce dans une brocante. La fille du propriétaire décédé commençait à vider la maison de ses parents et l'Ami 6 fut sauvée de la destruction par un membre de ma famille et moi même. Ce petit break était utilisé comme voiture de chasse avant le décès du propriétaire. La présence du rare autoradio "Radioën" a fini de nous décider à recueillir cette auto au final très saine. Elle fait partie des derniers modèles encore équipés du moteur ancienne génération, la finition Club ajoute un peu de "luxe" à l'Ami 6 avec divers ornements intérieurs et extérieurs.
Remise en route, elle a depuis parcouru de nombreux kilomètres en France mais aussi en Europe lors de rencontres Citroën en Suède, République Tchèque et Angleterre !

Amibk01La Nationale 10 sous la neige entre Sainte-Maure de Touraine et La-Celle-Saint-Avant ( km 268, Indre-et-Loire ) à l'endroit même où passe la L.G.V. depuis 2013. Le couvre calandre était obligatoire ce jour là pour espérer avoir un peu de chauffage dans l'habitacle ! Janvier 2010.

 

Amibk02La route est déserte alors que la neige continue de tomber. La tenue de route de l'Ami 6 fait merveille dans ces difficiles conditions de circulation. Janvier 2010.

ID 19, octobre 1968, vert charmille (AC 522)

Trouvée par hasard en 2000 dans un petit garage du sud de la Touraine, cette voiture venait d'une succession en compagnie d'une CX 2400 Pallas. L'ID était arrêtée depuis une vingtaine d'année, sa remise en route m'obligea à déposer la culasse (quelques tiges de culbuteurs tordues) et à changer plusieurs pièces (allumage complet, radiateur, réservoir, sphères, échappement...). Repeinte en 2001 elle a parcouru 25 000 kilomètres sans aucun ennui mécanique. Elle fut équipée de panneaux de custodes et de trompettes de clignotants type DS par l'ancien propriétaire.
L'année modèle 1969 est la dernière année de l'appellation commerciale "ID 19" avant de laisser place aux "DSpécial" et "DSuper" pour 1970. Elle comporte des spécificités propres aux modèles 1969 comme les poignées de portes intérieures noires, le tableau de bord ancien modèle mais intégralement noir avec boutons poussoirs dits "de sécurité".

 

Id01Comme toutes mes voitures, l'ID n'a pas échappé au cliché sous la visière de la station du Relais Charles Martel ( km 265, Indre-et-Loire ). Elle vient tout juste d'être remise en route et repeinte dans sa teinte d'origine, le vert charmille, propre à l'année modèle 1969. Ce coloris reviendra curieusement au nuancier Citroën pour le millésime 1972 avant de disparaitre définitivement. Septembre 2001.

 

860111
Ancien tracé de la Nationale 10 abandonné en 1956 lors de la mise en service de la déviation du bourg de Port-de-Piles ( km 277, Vienne). On peut ici apprécier la relative étroitesse de la voie qui supporta pourtant le trafic routier Paris-Bordeaux-Espagne jusqu'au milieu des années 1950. Juillet 2005.

 

Id02Petit garage sympathique, dans sa configuration des années 1960 à la sortie nord de la Tricherie ( km 312 ), commune de Beaumont (Vienne). Notez la partie ouverte à droite avec un pont à colonne réservé au graissage des véhicules. Février 2008.

 

pbbbyrrh.jpgToujours à la Tricherie, vaste publicité pour les apéritifs Byrrh. La plaque située à droite indique que nous sommes bien en direction de Bordeaux. Février 2008.

 

Id04A l'entrée nord de Poitiers sur le site pittoresque des rochers du Porteau. L'ancienne Nationale 10 est ici bordée par ces imposants rochers et le Clain qui coule à droite. Notez au premier plan l'une des rares bornes en pierre survivantes. Le cartouche rouge est presque totalement effacé mais on peut encore distinguer le "N 10" gravé sur le côté. Février 2008.

 

Id07Sortie sud de la Couronne ( km 447, Charente ) sur les lieux mêmes du dramatique accident du pilote Tourand au volant de sa Brouhaut lors du Paris-Madrid en 1903.
Engagé sous le numéro 23, Tourand aborde ce pont, au dos d'âne bien plus accentué à l'époque, à pleine vitesse. La voiture décolla, le mécanicien s'agrippa au bras du pilote perdant ainsi définitivement le contrôle du bolide qui finit sa course contre un talus, tuant deux hommes et en blessant un grièvement. Le mécanicien fut lui aussi tué sur le coup, le pilote blessé sans gravité. Avril 2013.

 

Id06Ancien logis du pompiste de nuit de la station de la Billette ( km 465 ) commune de Ladiville (Charente). Ouvert en 1955, le restaurant "La Billette", affilié à la chaine des Routiers, a fermé ses portes en 2009 lorsque la Nationale 10 est déviée pour la seconde fois en devenant voie express. Tenu pendant près de 30 ans par madame Houdusse, l'établissement était ouvert 24 heures sur 24. Une petite station service fut construite juste à côté dans les années 1960. Avril 2013.

 

Id05Sortie nord du hameau de Pont-à-Brac ( km 467 ), commune de Nonaville (Charente). Ce petit bourg, fut traversé par la Nationale 10 jusqu'au début des années 1990. Avril 2013.

 

Id08Entrée nord de Carbon-Blanc ( km 546, Gironde). Quelques platanes de l'ancienne route royale apportant un peu d'ombre aux voyageurs subsistent encore Avril 2013.

GS 1220 Club, mai 1973, ivoire Borely (AC 084)

Cette GS fut achetée en 1996 en première main, à la suite d’une annonce dans un gratuit. Commandée à la concession Citroën de Chinon, cette voiture est restée dans la même famille jusqu’à son remplacement par une Renault 20. Lorsque je la rachète, les GS n’intéressent personne, l’état de la voiture et le prix demandé ont rapidement écarté toute hésitation…

En 1973, la GS est encore dans sa configuration initiale (calandre « nid d’abeille », tableau de bord avec tachymètre à tambour, feux arrières…) mais elle est équipée du nouveau moteur 1220 cm3 qui supplante avantageusement le premier moteur de 1015 cm3.

Gs chatelleraultCette photo a été prise au sud de Châtellerault (km 300, Vienne) sur une courte portion déclassée (devenue aire de repos). Avril 2007.

Gs monnaiePetit garage dans le centre de Monnaie (km 216, Indre et Loire) dans le sens Province-Paris. Notez l’emplacement des pompes à essence en partie couverte. Mars 2008.

2 CV AKS 400, décembre 1974, bleu "SAVIEM"

Cette sympathique fourgonnette fut achetée aux enchères en 1998. Elle faisait partie d'un lot de véhicules utilitaires mis en vente à la suite de la liquidation d'une entreprise de plomberie-chauffage. Initialement bleu pétrel (AC 643), la 2 CV fut peinte en bleu SAVIEM comme l’ensemble de la flotte de l’entreprise .

Pour l’année modèle 1975, les 2 CV changent de physionomie avec une nouvelle calandre intégrant les chevrons mais surtout les nouveaux projecteurs rectangulaires qui sont toujours peints en gris sur les utilitaires.

Cette voiture, discrètement aménagée en mini camping-car, a gardé sa décoration initiale ce qui la rend tout à fait originale. Elle nous a permis de découvrir l'Europe de la Grèce au Portugal en passant par la Suède ou la Hongrie !

Ak02 1Elle est ici photographiée en Gironde entre Gradignan (km 566) et Le Barp (km 590) dans le sens Province-Paris. La route s'appelait alors RN 10, elle est désormais déclassée en D 1010. Août 2006.

Ak01 1La RN 10 était bien calme ce jour là. L'essentiel du trafic vers l'Espagne passe à quelques kilomètres plus à l'ouest sur l'A63. Août 2006.

Ami 8 break, mars 1975, bleu pétrel (AC 643)

Mon Ami 8 break me fut donnée en 2001 par un agriculteur de la Brenne (Indre) alors qu’elle devait partir à la casse la semaine suivante ! Cette brave auto, dans un état bien moyen, est devenue mon véhicule quotidien de 2001 à 2010 parcourant près de 100 000 km à son volant après avoir changé le moteur à bout de souffle. J’ai même pu retracer son parcours depuis la Ciotat en 1975 et rencontrer ses premiers propriétaires lors d’un voyage sur la RN 7 en 2005 !

Peu d’évolutions pour les Ami 8 en 1975 qui conservent un tableau de bord marron, la calandre grillagée en « nid d’abeille » mais qui dispose déjà des clignotants intégralement blancs.

Véritable « bonne à tout faire » elle m’a souvent accompagné sur la Nationale 10 lors de trajets vers Paris ou vers l’Espagne comme ce fut le cas en octobre 2014.

 

Ami8 vitrayA l’entrée de Vitray (km 111, Eure-et-Loir) devant une borne « N 10 » en matière synthétique. Le tronçon parcourant ce département entre Chartres et Cloyes est toujours officiellement classé route Nationale 10. Octobre 2012.

 

Ami8 rambouilletA l’arrière du parc du château de Rambouillet (km 52, Yvelines) sur l’ancien tracé de la Nationale 10 jusqu’en 1949. Cette jolie route qui rejoignait Chartres via Epernon et Maintenon fut reclassée RN 306. Octobre 2012.

 

Ami8 le perrayTronçon abandonné à l’entrée nord du Perray-en-Yvelines (km 45, Yvelines) lors de mise en place de la déviation de la ville en 1976. Octobre 2012.

  

Ami8 les ormesDevant le vaste Relais de Poste des Ormes (km 279, Vienne) mis en service en 1752 et parfaitement conservé. Classé Monument historique, on peut toujours lire sur le porche « Poste aux chevaux ». Novembre 2009.

 

Ami8 ruffecEntre le hameau de Chez Branger ( km 392, Charente) et Ruffec (km 400, Charente) sur l’une des plus belles portions de l’ancienne Nationale 10 délaissée depuis 1994. Octobre 2014.

 

Ami8 petignacDans le hameau de Pétignac (km 462) devant une borne en béton et lave émaillée heureusement conservée par un riverain et replacée sur le bord de la route. Ce petit village est dévié depuis 1956. Octobre 2014.

 

Ami8 biarritzA deux pas du centre de Biarritz (km 740, Pyrénées Atlantiques) sur l’ancienne Nationale 10A, route satellite de la Nationale 10 qui reliait Anglet au centre de Biarritz. La borne miraculée comporte encore l’inscription "N 10A" sur son flanc. Octobre 2014.

 

Ami8 hendayeL’Ami 8 en territoire espagnol sur l’ancien pont Saint-Jacques, au terminus de la Nationale 10C, autre route satellite entre Ciboure et Hendaye qui offrait l’avantage de passer par la superbe Corniche basque  !
Le nouveau pont international d’Hendaye (km 765, Pyrénées Atlantiques) fut reconstruit en 1969 à quelques mètres de celui-ci. Il complétait celui de Béhobie situé deux kilomètres en amont sur la Bidassoa. L’ancien poste frontière français est visible en arrière plan au niveau des arbres. Octobre 2014.

GS break Club, décembre 1978, bleu régate (AC 644)

Acquise en 2003 en copropriété avec un ami, cette GS break Club avait alors 75 000 km d'origine et était en excellent état. 1978 fut l’année record des ventes de GS en France, c’est aussi le dernier millésime avant l’apparition de la GSA au printemps 1979. 
Cette voiture a participé aux 35 ans de la GS à Rennes en août 2005.

 

Gsbk01Elle est ici photographiée à la sortie sud de Sainte-Maure de Touraine (km 265, Indre-et-Loire) devant l’ancien Relais Charles Martel. Juin 2010.

 

Gsbk02Un peu plus au sud dans le centre de La-Celle-Saint-Avant (km 273, Indre-et-Loire)devant ce sympathique petit garage, ancien agent Renault. Juin 2010.

 

Gsbk03Devant la magnifique "Bergerie" des Ormes (km 279, Vienne). Ce bâtiment du XVIIIe siècle qui fait face au château des Ormes devait être à l’origine un des plus beau haras de France. Juin 2010.

HY diesel, juin 1980, gris matinal (AC 081)

Ce HY a été acheté neuf par un artisan maçon d’Indre-et-Loire en juin 1980. Il me l’a vendu avec 84 000 km en 2001, je l’ai aménagé en camping-car en y installant un intérieur de caravane prélevé dans une casse. Il nous a conduit en 2003 en Italie jusqu’à Florence malgré ses 3 vitesses qui autorisent quelques « pointes » à 80 km/h et le bruit assourdissant du moteur diesel Indenor !

Il sert depuis à nous rendre deux à trois fois par an sur l’île de Noirmoutier.

HyIl est ici photographié devant la grande borne matérialisant la séparation entre le Loir-et-Cher et l’Indre-et-Loire (km 197). Cette borne du XIXe siècle a été fort heureusement été restaurée il y a une dizaine d’année. Septembre 2004.

Axel 11 R, juillet 1984, blanc Meije (AC 088)

Lorsque cette voiture est commercialisée en juillet 1984, j'ai alors 14 ans, j'ai immédiatement été intrigué par cette étrange Visa deux portes sorties d'on ne sait où.  Je me souviens avoir sacrifié une bonne partie de mon argent de poche de vacances pour acheter "l'Auto-Journal" présentant la "nouvelle" Citroën avec une splendide Axel 12 TRS rouge Vellelunga en photo sur la couverture. Après avoir attentivement lu l'article de René Bellu, j'appris que cette voiture était assemblée en Roumanie, "un Pays de l'Est" et qu'elle présentait un rapport prix/équipement/prestation imbattable. Tout au long de cet été fleurirent des affiches publicitaires montrant une Axel blanche semblant surgir du néant et titrant en (très) gros "Pour 37 000 francs, j'en donne un max". Puis, les premières Axel commencèrent à circuler, déchainant assez rapidement sarcasmes et ricanements au regard de la qualité de fabrication de la voiture mais aussi du look plutôt.. daté du petit coach. Il convient de rappeler brièvement les grandes lignes de l'histoire mouvementée de la dernière "vraie" Citroën.

Conçue en étroite collaboration avec Fiat au début des années 1970, la "Y" doit remplacer l'Ami 8 à l'horizon 1975. Lorsque Peugeot s'associe puis rachète Citroën en 1974 et 1975, les nouveaux dirigeants décident de stopper la "Y" qui était quasiment en phase d'industrialisation et de commercialisation. A la place, on préfère développer la LN (un coupé 104 à moteur de Dyane) puis la Visa (une 104 berline dessinée et en partie motorisée par Citroën). Le projet "Y" est rapidement "refourgué" à la Roumanie qui souhaite se doter d'une industrie automobile. Les années passent et les première "Oltcit" sont enfin présentées en Roumanie en 1981, les accord avec Citroën prévoyant une exportation d'une partie de la production vers l'Europe de l'Ouest. Il faut attendre l'été 1984 pour que les premières "Oltcit", rebaptisée Axel (le nom "Aura" a longuement été envisagé) soit commercialisée en France, en Italie  et au Benelux.

A l'automne 1989, mes parents cherchent à acquérir une voiture neuve, simple et bon marché pour remplacer la Dyane familiale que je conduis depuis un an. Tout naturellement, je leur suggère d'acheter une Axel neuve et un bon de commande pour une 11 R rouge Vallelunga est signé en novembre 1989, au moment où débute la révolution en Roumanie qui conduira à la chute du régime de Ceucescu. L'Axel ne sera jamais livrée à mon grand dam, mais je ne perd pas espoir d'en posséder un jour.

En 2005, par le plus grand des hasards, on me signale une Axel 11 R blanc Meije, quasi-première main que des retraités souhaitent vendre. L'état de la voiture, la pile impressionnante de factures d'entretien  et le prix finissent de me décider. Seize ans après l'avoir loupée, j'ai enfin une Axel !

Axel1C'est un des tout premiers modèles commercialisés en France avec sa calandre noire, sa moquette bleue (évoquant furieusement celle d'une salle de bain contemporaine...) assortie aux sièges et à l'intérieur tout aussi bleu. Son moteur de GS de 1129 cm3 développe 57ch. Depuis 2005, je n'ai parcouru que 7000 km avec cette auto très attachante. Elle connut son heure de gloire lors de l'Eurocitro en 2009 au Mans en participant à la parade d'honneur célébrant les 90 ans de la marque. Il faut dire que c'était la seule Axel présente parmi les 2600 autres Citroën...

Axel2

 

L'Axel ayant totalement disparu du PAF (le paysage automobile français) les derniers exemplaires encore en circulation sont souvent entre les mains de collectionneurs avertis. Quelques épaves trainent ici et là dans les arrière-cours de garages de campagne. C'est ainsi que j'ai pu mettre la main sur la jumelle de la mienne aux confins de l'Indre-et-Loire et de l'Indre en juillet 2015.

Axel3Après avoir passé 7 ans dehors, cette voiture se révèle au final relativement saine. Elle servira très probablement de banque de pièces détachées. 

 

Pour en revenir à la Nationale 10, je ne suis jamais allé très loin avec l'Axel. Je vous propose donc une petite promenade dans les rues de Châtellerault (km 298, Vienne).

Axel4Avenue Louis Ripault dans le sens Paris-Province. Cette grande et rectiligne artère à l'entrée nord de Châtellerault fut classée Nationale 10 jusqu'en 1977, date de l'ouverture du nouveau tracé à l'ouest de la ville. Elle fut aménagée en trois voies au milieu des années 1960 pour fluidifier le trafic, ne permettant pas cependant de résorber les encombrements qui avaient lieu en arrivant boulevard Blossac. De nombreux garages et stations-services étaient implantés le long de cette avenue dont la célèbre station de la Grande Borne, surmontée par une grande borne blanche et rouge à l'effigie de la Nationale 10 ! Octobre 2015.

 

Axel7Toujours sur l'avenue Louis Ripault, devant l'ancien garage Bouchet-Motte (les actuels locaux de Carglass), agent Renault. Le bâtiment édifié à la fin des années 1950 n'est pas sans évoquer les stations américaines, on y distribuait d'ailleurs les carburants Caltex ! Octobre 2015.

 

Axel5La Grande Rue de Châteauneuf avec en arrière plan l'une des deux tours survivantes du fameux pont Henri IV franchissant la Vienne. Octobre 2015.

 

Axel6Il est aujourd'hui difficile d'imaginer que cette rue étroite ait pu supporter le trafic de la route Paris-Bordeaux-Espagne jusqu'en... 1965 ! La largeur réduite à un peu plus de 4 mètres ne facilitait pas l'écoulement de la circulation surtout lorsque deux poids-lourds venaient à se croiser... Octobre 2015.

Mobylette AV 76,bleu Motobécane

Enfin, pour conclure, ce n'est certes pas une Citroën, mais c’est aussi un véhicule « patrimonial ». Ma Mobylette AV 76 de 1964, achetée en 1985 à des voisins de mes parents qui l’utilisaient dans leur résidence secondaire. Entièrement restaurée en 2002, je me promène prudemment de temps en temps sur la Nationale 10 dans le sud de la Touraine.

maille02.jpgElle est ici devant le monument à la mémoire des 124 martyrs du petit village de Maillé (km 271, Indre-et-Loire) massacrés très probablement par une unité de la 17 SS Panzergrenadier le 25 août 1944. Juin 2002.

Retour à l'accueil

 

accueil-1.jpg